retour au blog
Outsidelab

Voici votre nouveau ministre de la Recherche

 



 



08 juillet 2020 /// L’actu de la profession

Merci
la vox populi

Vous l’avez voulu, vous l’aurez ! Vendredi dernier, vous avez massivement voté pour une enquête sur les altmetrics, avec plus de 50% des votes.

Alors vendredi prochain, ce sera chose faite, avec quelques analyses bien senties sur leur modèle économique signées Lucile Veissier.

En attendant, vous avez rendez-vous avec votre nouveau ministre de la Recherche (on plaisante, bien sûr).

Keep calm & science hard,
Laurent de TheMetaNews

Si vous n’avez que 30 secondes


A partir d’ici 4′ de lecture solarisée.

Voici votre nouveau ministre de la Recherche
Frédérique Vidal a été reconduite dans le gouvernement Castex. Analyse.

Pas de fin de bail rue Descartes
Ce n’est pas la plus grande surprise de ce remaniement. Mais le maintien de Frédérique Vidal dans un ministère au périmètre inchangé (Enseignement supérieur, Recherche, Innovation, toujours dans cet ordre) n’était pas gagné d’avance. Les pronostics allaient bon train sur son éventuel successeur (dont l’actuel conseiller élyséen à la recherche, Thierry Coulhon), tout comme les rumeurs de départ.

 

La recherche au second plan. Mais, et c’est la principale leçon à tirer de ce remaniement somme toute limité, (neuf entrants sur 31 nominations), c’est que la recherche et l’enseignement supérieur n’ont jamais été sur le devant de la scène politique, malgré un budget de près de 30 milliards d’euros. Comme si ils ne constituaient pas un enjeu majeur pour la Nation…
Finaliser la loi Recherche. La loi de programmation pluriannuelle de la recherche — qui ne s’est jamais appelé loi Vidal — devait passer au conseil des ministres le 08 juillet. Ce ne fut pas le cas mais ce le sera peut-être le 15 juillet prochain. La première étape d’un nouveau mandat aussi chargé d’embûches que le précédent pour la ministre.

En dix mots comme en cent
« La France ne peut rester un pays d’ingénieur·e·s, de médecins et de juristes. »

Patrick Lemaire réagit sur Twitter à l’annonce du remaniement (source).
//////////////////////////////////////////

Des infos qu’il vous faut /////////// La LPPR se fait encore et toujours étriller, cette fois par le Comité d’éthique du CNRS (Comets) et l’Académie des sciences  /////////// Si les “big deals” avec les géants de l’édition scientifique au niveau mondial vous intéressent, cette note de l’Eprist vous en apprendra beaucoup  /////////// 

Trois questions à… Catherine Dargemont
« Une évaluation n’est pas un tableau Excel  »

Comment évaluer les labos ? Cette chercheuse nous explique sa vision.



Catherine Dargemont est candidate au Hcéres

Emmanuel Macron avait appelé en novembre dernier à changer un système d’évaluation « mou, sans conséquence », qu’en pensez-vous ?  
Emmanuel Macron parlait surtout, je crois, de l’évaluation des laboratoires qui cristallise tous les débats aujourd’hui. Pour que ce soit moins mou, les évaluations doivent répondre à des questions ; des saisines claires des tutelles permettraient de mieux contextualiser l’évaluation. On ne peut pas évaluer de la même manière tous les laboratoires, indépendamment de leurs missions, leur discipline…. Il faut éviter de bêtes études bibliométriques — qui contredisent d’ailleurs les chartes internationales, comme Dora dont l’Hcéres est signataire — et n’éclairent personne. Une évaluation n’est pas un tableau Excel. Si l’évaluation se doit d’être discriminante, encore faut-il que ce soit selon des critères pertinents et adaptés aux laboratoires évalués.

Est-ce que l’évaluation des équipes ne se confond pas parfois avec l’évaluation des personnes ?
C’est la question, cruciale, du grain de l’évaluation, qui peut aller d’un projet porté par une personne, jusqu’à une équipe de 200 personnes. Je propose d’évaluer les grands axes de recherche développés par les laboratoires, indépendamment de leur structuration interne. Ca évitera de trop “personnaliser” les évaluations qui peuvent alors être vexatoires, ce qu’il faut absolument éviter. Le Hcéres ne fait ni de l’évaluation de personnes, ni de l’évaluation de projets. Evaluer les axes de recherche permettrait d’émettre des recommandations plus directes et plus constructives, que les laboratoires pourront assumer plus collectivement.

Faut-il faire évoluer l’Hcéres vers plus d’indépendance ?
Le Hcéres ce n’est pas un ovni dans l’ESR, son cadre et ses missions sont définis par la loi. En revanche, il jouit de l’indépendance quant aux procédures et référentiels qu’il utilise et aux recommandations qu’il émet. Cette indépendance est déjà assurée par le fait que le Hcéres soit une Autorité administrative indépendante. Le passage en Autorité publique indépendante, que je préconise, ne changerait donc rien à l’indépendance de l’évaluation mais doterait le Hcéres d’une personnalité morale, il serait donc responsable de son budget et aurait le droit d’ester en justice. Sans personnalité morale, le Hcéres ne peut pas coordonner de programmes européens ou facturer des prestations à l’international. Ce statut faciliterait le développement de ressources propres.

Dernières nouvelles de la présidence

C’est le 15 juillet que tous les candidats à la présidence du Hcéres seront connus. Catherine Dargemont , qui s’est déjà déclarée candidate, a déjà été rejointe par des candidatures individuelles, issues du collectif RogueESR. Thierry Coulhon (plus de précisions ici) réserve sa réponse pour le moment.

Journal officiel, au rapport ! //////// Voici déjà la composition du gouvernement, de source tout à fait officielle //////// Deux avis de vacances d’emploi pour des délégués régionaux à la technologie, à la fois en Guadeloupe et en Martinique //////// 

On vous a transféré ce mail ? On est flatté. On le serait encore plus si vous acceptiez de nous tester, cliquez ici ou répondez “oui” à ce mail.

On ouvre le carnet mondain //////// Carine Bernault, professeur des universités en droit privé, a été élue présidente de l’université de Nantes //////// Virginie Dupont, professeur de chimie, a été élue à la tête de l’Université Bretagne Sud, après en avoir été vice-présidente /////// David Alis, enfin, a lui été réélu à la présidence de l’université de Rennes 1. Cet enseignant chercheur en gestion entame un second mandat de quatre ans //////// Arnaud Delaunay est nommé membre du conseil d’administration de l’Agence nationale de la recherche (ANR) //////// Blanche Leridon est nommée conseillère en charge des relations parlementaires au sein du cabinet de Frédérique Vidal //////// Marie Francolin quitte à son tour le cabinet de Frédérique Vidal et y est remplacé par Victoria Rey, en charge de la com’ et des relations presse //////// 

Et pour finir


Le 04 juillet, c’est la fête nationale aux Etats-Unis mais c’est aussi — et surtout en ce qui concerne TheMetaNews —, l’anniversaire de la mort de Marie Curie, qu’on célèbre avec ce clin d’œil à une actu toute aussi triste.