OutsideLab

Retrouvez les immanquables de la rentrée

 



 



02 septembre 2020 /// L’actu de la profession

Ceci est
un hommage

Je voulais dire un mot, possiblement intelligent, sur cette rentrée masquée pas comme les autres et puis je me suis ravisé.

Le philosophe Bernard Stiegler est mort cet été, par surprise. Jazzman, taulard puis penseur du numérique, ce chercheur a eu un parcours unique qu’il a conclu avec panache en refusant la décrépitude.

Avant de passer à la suite — l’actu, l’actu, l’actu —, je voulais juste suspendre ce moment, le temps d’un hommage. Voilà qui est fait.

Keep calm & science hard,
Laurent de TheMetaNews

PS. Vous avez pris cinq minutes pour répondre à notre enquête d’audience ? Si ce n’est pas le cas, ce n’est pas trop tard.

Si vous n’avez que 30 secondes


A partir d’ici 3′ de lecture hora saison.

Les nouveaux étoilés de la Recherche

Saclay décroche son premier macaron.
C’est devenu une tradition. Aux alentours du 15 août, la publication du classement de Shanghai des universités est un incontournable de l’enseignement supérieur. Les gagnants jubilent (PSL, Université de Paris, UGA…), les perdants se taisent (Toulouse-I, Lille, UVSQ, Poitiers…) . Et cette année n’a pas dérogé à la règle avec un macro évènement à l’échelle française : la percée de l’université Paris Saclay (saluée par Emmanuel Macron), qui se fraie un chemin jusqu’à la 14e place mondiale. Pour les uns, c’est la consécration de la politique de méga fusion des universités menant aux établissements expérimentaux, dont Paris Saclay. Pour les autres, le symptôme d’une maladie du chiffre dont pâtit la recherche.

La LPPR prépare une rentrée en force

Ne pas oublier la gomme pour les amendements.
Frédérique Vidal a tenu sa ligne. La loi Recherche — ou plutôt la « loi de programmation de la recherche pour les années 2021 à 2030 et portant diverses dispositions relatives à la recherche et à l’enseignement supérieur », comme l’a rebaptisé le conseil d’Etat sans souci de concision verra bien le jour sous peu et portera notamment la création des CDI de missions scientifique. Elle est inscrite au calendrier parlementaire d’ici la fin d’année : les auditions ont déjà commencé à l’Assemblée nationale, le Sénat devrait suivre avant fin 2020. Disons-le tout net : la ministre de la Recherche a certes accumulé les retards mais « sa » loi va bien voir le jour.

Le charme discret de la loi de bioéthique

2020, l’odyssée de l’espèce
Il n’y en a pas que pour la Loi Recherche. Avec tout le barouf autour de sa grande sœur la loi Recherche (voir plus haut), on en aurait presque oublié la loi Bioéthique qui, outre la mesure très commentée sur la procréation médicalement assistée, contient des mesures ad hoc (tout le titre 4) pour les chercheurs en supprimant notamment des verrous sur l’utilisation de cellules-souches ou en interdisant l’emploi de l’imagerie cérébrale dans le domaine de l’expertise judiciaire. Une dernière lecture au Sénat sera nécessaire.

Quid de la prolongation des thèses ?

Mais où est la rallonge (budgétaire) ?
Covid, un jour, Covid toujours. La ministre de la Recherche a été claire : les retards pris dans les recherches à cause du confinement seraient compensés par une prolongation des contrats doctoraux (mais aussi les post docs ou les ATER). Après avoir passé l’été à faire l’état des lieux, le ministère doit maintenant aller à la pêche aux subsides. Comme le rappelle la Confédération des jeunes chercheurs (CJC), le calendrier est serré puisque la loi de finances pour 2021 (dont l’examen commence le 12 octobre) reste la seule fenêtre de tir pour obtenir ces fonds… faute de quoi la communauté scientifique risque de se cabrer très fort.

On vous a transféré ce mail ? On est flatté. On le serait encore plus si vous acceptiez de nous tester, cliquez ici ou répondez “oui” à ce mail.

Encore deux sujets à suivre. Tout d’abord, la nomination du président du Haut Conseil de l’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur (Hcéres). Les auditions ont eu lieu fin juillet dernier /////////// Ensuite, la grande déception qu’a suscité le budget d’Horizon Europe, révisé sérieusement à la baisse : 80,9 milliards au lieu des 94 annoncés il y a quelques mois. La moquette va chauffer à Bruxelles /////////// 

Et pour finir


On devrait imprimer ce meme en autant d’exemplaires qu’il y a d’utilisateurs des réseaux sociaux et laisser la magie opérer, non ? (merci @datisdaz)

 

 

 

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.