InsideLab

Merci pour ces moments 🎉🎂

 



24 avril 2020 /// L’actu des labos

Un an,
c’est long…
Non, rassurez-vous, vous n’ĂȘtes pas en plein cauchemar, le confinement ne dure pas depuis un an. En revanche, TheMetaNews souffle sa premiĂšre bougie en votre compagnie !

Eh oui, la premiĂšre de TheMetaNews, c’était le 23 avril 2019. On a fait du chemin depuis : 66 newsletters, des soirĂ©es, une campagne Ulule, mais surtout plusieurs centaines d’abonnĂ©s. Merci Ă  vous !

Bon courage et bonne lecture,
Lucile de TMN

PS. On aurait pu vous prĂ©parer une Ă©dition best of, mais on avait, encore une fois, trop de chose Ă  vous dire. BientĂŽt, c’est promis !

Si vous n’avez que 30 secondes

‱ Un debrief de l’enquĂȘte #ParlonsRecherche
‱ Une info importante sur les soutenances à distance
‱ Une interview 100% intĂšgre d’HervĂ© Maisonneuve

‱ Votre revue de presse express

Quand je serai grand, je serai chercheur 

Comment nait une vocation ? Beaucoup d’entre vous ont eu Ă  cƓur de rĂ©pondre aux problĂšmes de sociĂ©tĂ© mais le retour Ă  la rĂ©alitĂ© est parfois dur, rĂ©vĂšle l’enquĂȘte #ParlonsRecherche.

Rester un Ă©ternel Ă©tudiant. Si cela semble ĂȘtre la motivation premiĂšre de certains, pour d’autres c’est le hasard, une rencontre avec un professeur passionnant ou l’attrait pour le service public qui les ont menĂ©s Ă  la recherche. Mais c’est la curiositĂ© qui revient le plus souvent. Caroline, doctorante en gĂ©ographie, nous le raconte : « Enfant, je voulais devenir exploratrice, je lisais beaucoup. Finalement, les vrais explorateurs·trices ont toujours Ă©tĂ© les chercheurs curieux. J’en ai joyeusement pris conscience en entrant Ă  l’universitĂ©. »

La vocation est souvent synonyme de prise de conscience, comme en tĂ©moigne la doctorante AdĂšle Gapin : « Une fois notre naturel (…) dĂ©couvert, on rĂ©alise qu’on doit le mettre au service de la communauté ». Cette volontĂ© d’ĂȘtre utile est aussi trĂšs prĂ©sente chez cette postdoc en agrologie, pour qui le dĂ©clic a Ă©tĂ© « le constat de l’impasse environnementale constamment rĂ©affirmĂ©e dans les mĂ©dias, la vie quotidienne et les Ɠuvres de fictions qui nous accompagnent, le sentiment qu’il faut agir et trouver des solutions ».

La rĂ©alitĂ© de la recherche est parfois moins enchanteresse : « compliquĂ©, galĂšre, prĂ©caire, frustrant, usant, dĂ©primant », sont des expressions qui reviennent Ă©normĂ©ment parmi les rĂ©ponses Ă  la question « Pour moi, en 2020, ĂȘtre chercheur c’est… ». Mais d’autres prĂ©fĂšrent voir le verre Ă  moitiĂ© plein et rĂ©pondent : « De la fiertĂ©, passionnant, le feu !, la libertĂ©, une chance, un espoir, faire avancer la connaissance, travailler pour la sociĂ©tĂ©… ». Et vous ?

Je prends un moment pour #ParlerRecherche

Soutenir en visio ? PlutÎt reporter

C’est ce que recommande le RNCD (RĂ©seau national des collĂšges doctoraux). Selon prĂ©sident, Thomas Coudreau, les Ă©coles doctorales font face Ă  beaucoup de demandes de “tĂ©lĂ©soutenances”. Mais les autorisations sont restreintes aux cas d’urgence, notamment en cas de prise de fonction, quand le diplĂŽme est indispensable : l’HDR pour certains postes ou le doctorat pour dĂ©marrer un postdoc.

Une question ? Nous avons mis en place avec le RNCD Mondoctorat.info pour recenser toutes les informations officielles, université par université.

Des infos en passant //////// Socio en manque de terrain ? Ce post de blog explique comment mener une Ă©tude qualitative en pĂ©riode de confinement //////// Un chercheur dĂ©voile ses Ă©changes avec une revue prĂ©datrice et c’est trĂšs drĂŽle  //////// Si vous comptez Ă©crire un livre avant la fin du confinement, voici de bons conseils pour rĂ©aliser votre quatriĂšme de couverture //////// Les jeunes chercheurs dĂ©noncent moins les fraudes par manque de pouvoir, c’est HervĂ© Maisonneuve qui le dit (lire aussi son interview  //////// Une nouvelle (Ă©niĂšme) plateforme europĂ©enne de partage des donnĂ©es autour du Covid-19 ////////  Passer Ă  des confĂ©rences en ligne, mĂȘme aprĂšs le dĂ©confinement ? //////// Ca dĂ©rape : Didier Raoult s’en prend Ă  la lanceuse d’alerte Elisabeth Bik par tweet interposé //////// Le gouvernement chinois est-il pour quelque chose dans le retrait suspect de cet article sur la transmission aĂ©oportĂ©e du coronavirus ? //////// 

On vous a transfĂ©rĂ© ce mail ? On est flattĂ©. Mais on le serait encore plus si vous acceptiez de nous recevoir en test gratuit, il suffit de cliquer ici ou de rĂ©pondre “oui” Ă  ce mail.

GitHub au rayon promo

On vous a dĂ©jĂ  parlĂ© de cet outil ces derniĂšres semaines, bien utile pour travailler de maniĂšre collaborative, jusque dans l’Ă©laboration d’articles. Mais on ne vous avait pas encore dit que GitHub proposait gratuitement des options habituellement payantes. C’est peut-ĂȘtre vraiment le moment de s’y mettre.

Un entretien au long cours avec… HervĂ© Maisonneuve

« Le coupable, c’est le systĂšme »

A 70 ans, ce mĂ©decin de formation aux nombreuses casquettes n’abandonne pas sa passion : les publications scientifiques. Depuis 2009, il anime sans langue de bois le blog RĂ©daction mĂ©dicale et scientifique.

Vous suivez de prĂšs les affaires de fraudes dans les publications. Qui est le principal coupable d’aprĂšs vous : auteurs, reviewers, Ă©diteurs ? C’est le systĂšme qui pousse les acteurs Ă  jouer le jeu de la course Ă  la publication. Et tout le monde le joue. Les auteurs embellissent leurs articles en suivant des pratiques douteuses. Les revues sont en compĂ©tition, Ă  la recherche du « hot paper » . Les reviewers, quant Ă  eux, n’ont tout simplement pas le temps de bien lire. Certains deviennent carrĂ©ment malhonnĂȘtes — environ 5 Ă  10 % d’entre eux. Mais le coupable, c’est le systĂšme. La plupart des chercheurs sont honnĂȘtes au dĂ©but de leur carriĂšre, puis voient se passer des choses et personne autour ne dit rien. Les dĂ©rives commencent ainsi.

Peut-on espĂ©rer une recherche plus intĂšgre grĂące aux jeunes chercheurs ? Je pense que nous sommes en haut du pic en termes de fraudes et de pratiques douteuses, et que ça va redescendre. Les fraudes sont rares mais mĂ©diatisĂ©es, alors que les pratiques douteuses sont frĂ©quentes et la communautĂ© ferme les yeux. Les jeunes ont compris et un dialogue s’ouvre. La situation ne bougera pas du jour au lendemain – plutĂŽt Ă  l’échelle de 10 ans – mais elle Ă©volue. Un exemple d’initiatives qui vont dans le bon sens, ce sont les Registered Reports. Il y a dĂ©jĂ  242 revues qui s’y sont mises, en sciences cognitives au dĂ©but. Des disciplines comme la physique seraient plus intĂšgres car plus ouvertes et collaboratives, et ce depuis longtemps.

Passons Ă  l’affaire Raoult (on est bien obligĂ©) : qu’est-ce qui vous a le plus choqué ? Deux choses. Tout d’abord, la complaisance entre pro et anti-Raoult,  au niveau des chercheurs ou des institutions. Par exemple, le prĂ©sident de l’UniversitĂ© Aix-Marseille aurait pu nommer une commission pour vĂ©rifier comment Didier Raoult et son Ă©quipe avaient conduit leurs recherches. Une rĂ©-analyse par une Ă©quipe indĂ©pendante aurait Ă©tĂ© utile. Ce sont des choses simples, mais qui n’ont pas Ă©tĂ© faites. La deuxiĂšme chose qui m’a choquĂ© est le fait que le dĂ©bat ait Ă©tĂ© dominĂ© par des journalistes et des politiques incompĂ©tents en science. Le summum a Ă©tĂ© atteint avec le sondage du Parisien et la pĂ©tition Ă  l’initiative d’hommes politiques.

Lire l’intĂ©gralitĂ© de l’interview

Votre revue
de presse express

Et pour finir

—

Vous connaissez tous ce meme — vous n’ĂȘtes excusĂ© que si vous avez plus de 70 ans. Il manquait la version intĂ©gritĂ© scientifique en pleine crise du Covid-19 ! Que voici, donc.

 

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.