OutsideLab

La guerre de la LPPR aura-t-elle lieu ?

 



15 janvier 2020 /// L’actu de la profession

L’hypothèse
nulle
Et si tout était joué d’avance ? La mobilisation encore fragile des chercheurs contre la loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR) va-t-elle tout simplement se heurter à une absence de loi ?Cette hypothèse, intéressante et étayée, est le fruit du travail de l’historienne des sciences – et donc un peu politologue – Christelle Rabier dans un billet dont on ne peut que vous conseiller la lecture, édifiante.Bonne lecture,
Laurent de TheMetaNewsPS. Si vous êtes à Strasbourg le 16 janvier, venez-nous rencontrer au Palais Universitaire, nous y tiendrons un stand toute l’après-midi.

Si vous n’avez que 30” cette semaine :

>> Les sociologues mènent la fronde anti LPPR ;
>> La coordinatrice de “Facs et labos en lutte” fait le point ;
>> Retrouvez notre sélection d’appels à projets ;
>> Un “Et pour finir” en forme d’hommage.


A partir d’ici 4′ de lecture sans tergiversations


Les “socios” en pointe
contre la LPPR

La convergence des disciplines aura-t-elle lieu ? Le mouvement de mobilisation centré autour du collectif “Facs et labos en lutte” collige les actions de l’écosystème de la recherche. Outre la réactivation de RogueESR, qui a promis des « actions à venir », dont on sait qu’elles concernent le Haut Conseil de l’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur (HCERES), la grande majorité des mouvements (grève au sein des revues, grève des notes, motions…) que nous avons pu recenser provient des sciences humaines et sociales. L’enjeu des semaines à venir pour les organisateurs de la fronde anti-LPPR sera de rassembler sous une même bannière l’ensemble de la profession. Remember Sauvons la recherche

Ca vous fait réagir ? Nous le publierons.

ET SI VOUS SAUTIEZ LE PAS EN 2020 ?
Pour recevoir TheMetaNews, abonnez-vous !
OutsideLab (mercredi) et InsideLab (vendredi)
dans votre boîte mail dès 9h.


code promotion : tmn2020

Des infos en passant //////// Pluie de rapports au ministère de la Recherche cette semaine, le premier sur l’édition scientifique (avec des données intéressantes sur l’open access), le second sur les technologies quantiques, il en sera d’ailleurs question dans la LPPR //////// Lecteurs en master (ça rime), l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) a publié pas moins de 54 propositions de thèse, dans de nombreuses disciplines //////// C’est une chercheuse qui va prendre la tête du quotidien The Guardian aux Royaume-Uni ; Annette Thomas a précédemment dirigé l’éditeur McMillan Science and education //////// L’Agence nationale de la recherche publie les synthèses des contrats liés au PIA (plan d’investissement avenir) //////// On vous parlait la semaine dernière de la fusion Inra/Irstea, l’inauguration de l’Inrae s’est faite en bonne et due forme le 9 janvier dernier //////// 

Trois questions à… 

« Nous fonctionnons
avec des bouts de ficelle »

Où en est la mobilisation des chercheurs contre la loi LPPR ? Marie Renard (elle a réclamé l’anonymat), coordinatrice du collectif Facs et labos en lutte fait le point pour TMN.



Quelles sont les nouvelles du front anti LPPR depuis décembre dernier ?
La mobilisation est en hausse cette semaine depuis le retour des vacances : de nombreux collègues se déclarent en grève dans les grandes revues de sciences sociales, une quinzaine à ce jour. Si le comité de mobilisation est surtout constitué de chercheurs en sciences sociales, d’autres disciplines commencent à se mettre en grève, comme les mathématiciens. Les physiciens les mathématiciens ont souvent été à la pointe des mouvements ; nous sommes en train de reconstruire les ponts, dix ans se sont écoulés depuis la dernière mobilisation.Pas toujours facile de convaincre des chercheurs d’arrêter de chercher, non ?
Nous devons expliquer aux chercheurs que faire grève implique de ne pas travailler, afin de dégager du temps pour des réunions ou des manifestations. Le message passe de plus en plus. Nous ne pouvons tout simplement plus continuer à travailler dans le monde académique avec ce niveau de pression et ce manque de moyens. Je suis moi-même maître de conférence et, outre les très nombreuses heures de conférence en plus que je devrai assurer si la loi passe, la formation dont je suis responsable fonctionne avec des vacataires en situation de précarité. On n’est pas à l’hôpital je le comprend mais nos diplômes fonctionnent avec des bouts de ficelle. Faire avec moins ce serait tout simplement ne plus faire.Le conflit sur les retraites a-t-il brouillé les cartes sur la LPPR ?
La LPPR est évoquée dès l’article 1er de l’avant-projet de loi sur les retraites, les deux textes sont jumeaux. Dès le début, il a été très clair pour tout le monde que les deux mobilisations étaient liées, tout comme cela l’a été dans le secteur de la santé. Chacun défend son service public. Nous préparons des propositions radicales dans le cadre des états généraux des facs et des labos en lutte qui auront lieu le 1er et 2 février. Ce sera la première étape d’une mobilisation qui s’étalera sur l’ensemble du semestre.

Une semaine de Journal officiel en dix lignes //////// Une nomination :  Eric Severat est renouvelé dans les fonctions de directeur de l’Observatoire de recherche méditerranéen de l’environnement //////// Une autre nomination : Aurélie Biard est nommée au conseil d’administration de l’Institut national des langues et civilisations orientales //////// Un élu : Yves Ville prend ses fonctions de membre de l’Académie de médecine //////// Inria recrute des chargés de recherche (24 postes au total), ainsi que des directeurs de recherche 2e classe (15 places) //////// Une reconduction : Vincent Motyka, chef de service à la direction générale de la recherche et de l’innovation,  est reconduit dans ses fonctions pour deux ans au ministère ////////

Les appels à projets
de la semaine

  • Fluctuat nec mergitur. La ville de Paris a lancé un appel à projets baptisé Emergences destiné à accueillir de nouvelles équipes de recherche toutes disciplines confondues dans la capitale, à raison de 250 000 euros sur quatre ans. Date limite : le 27 janvier à midi.
  • Pékin express. L’ambassade de France en Chine lance son programme Jeunes talents France Chine à destination des chercheurs de moins de 45 ans, en particulier dans les domaines de la santé, l’agriculture, l’intelligence artificielle, les matériaux avancés, l’environnement, l’espace, la physique des particules. Intéressés ? Vous avez jusqu’au 21 février.
  • Science avec conscience. Le ministère de la Recherche lance son appel Science et société, destinée aux associations œuvrant dans le secteur. Intéressant si vous menez une action dans ce domaine ! Date limite : le 14 février à minuit. 

Et pour finir

Elle s’appelait Mari Foroutan, était en thèse à la Faculté de Waterloo au Canada ; elle est une des victimes du crash du vol PS752, qui s’est écrasé en Iran le 8 janvier dernier.

 

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.