Blog

[Courrier des lecteurs] La question du stockage de CO2 n’est pas que technique

 



Un courrier des lecteurs de… Aurore Grandin, Edgar Blaustein et KĂ©vin Jean

« La question du stockage de CO2 n’est pas que technique »

Pour ces trois membres de l’association Sciences Citoyennes, le stockage de carbone est critiquable sur ses aspects Ă©conomiques, politiques et sociaux.

TheMetaNews offrant un droit de rĂ©ponse Ă  ses lecteurs et lectrices concernant la newsletter BeyondLab sur le stockage du CO2, nous proposons une rĂ©ponse collective qui vise Ă  apporter un discours plus nuancĂ© et plus interdisciplinaire sur ces technologies. Car cette newsletter, quoiqu’informative, a selon nous le dĂ©faut de reposer trop fortement sur le tĂ©moignage d’un chercheur employĂ© de Total et celui d’une ingĂ©nieure chercheuse en gĂ©osciences, entiĂšrement dĂ©nuĂ©s de critique et reposant sur une vision partielle, purement technique du problĂšme climatique.

Il y aurait Ă©videmment une critique uniquement technique Ă  faire de la mise au point et des risques liĂ©s aux technologies de stockage du carbone : les limites du stockage ont Ă©tĂ© mises en avant notamment dans le rapport de l’EASAC (European Academies Science Advisory Council) sur les « technologies d’Ă©missions nĂ©gatives » de carbone, qui comprend la capture et le stockage du CO2 atmosphĂ©rique, mais aussi d’autres solutions comme la reforestation. Datant de 2018, ce rapport conclut Ă  un « potentiel rĂ©aliste limitĂ© » de ces technologies pour la rĂ©alisation de l’Accord de Paris. Rien ne laisse penser qu’elles seront au point dans les prochaines dĂ©cennies, sans mĂȘme parler de leurs potentiels impacts sur la biodiversitĂ© ou les terres arables.

À cette critique technique du stockage de carbone, on peut dĂ©jĂ  ajouter une critique Ă©conomique. Les analyses comparatives (voir ici et lĂ ) montrent en effet qu’à l’heure actuelle, la plupart des options de capture et stockage du CO2 ont un coĂ»t largement supĂ©rieur Ă  celui des options de rĂ©duction des Ă©missions, notamment les actions d’efficacitĂ© Ă©nergĂ©tique et de transition vers les Ă©nergies renouvelables.

Cependant, plutĂŽt que de se focaliser sur ces arguments, notre rĂ©ponse vise Ă  mettre en avant les aspects politiques de la mise en Ɠuvre de solutions techniques Ă  la crise climatique en cours. Car si les technologies de stockage ont rĂ©ussi Ă  s’imposer dans l’écrasante majoritĂ© des scĂ©narios Ă©tudiĂ©s par le GIEC dans son dernier rapport, malgrĂ© les doutes sur leur faisabilitĂ© et leur viabilitĂ© Ă©conomique, c’est avant tout grĂące Ă  leur promesse de maintenir le fonctionnement « business as usual » de nos sociĂ©tĂ©s. Le regard des sciences humaines et politiques permet ainsi de voir que le stockage du carbone empĂȘche nos sociĂ©tĂ©s de se dĂ©faire de leur dĂ©pendance aux Ă©nergies fossiles.

« PlutĂŽt qu’un bien commun de l’humanitĂ©, le stockage est donc un leurre dangereux, fournissant une excuse pour ne pas attĂ©nuer nos Ă©missions. »

C’est le sens de la tribune co-Ă©crite par l’ancien prĂ©sident du GIEC Robert Watson et d’autres collĂšgues, rĂ©cemment parue dans The Conversation. Tous climatologues et non experts de sciences humaines et sociales, ces scientifiques se livrent pourtant Ă  une critique des technologies de capture et stockage du CO2 qui repose en grande partie sur des arguments (gĂ©o)-politiques. Le constat est simple : mĂȘme si ces technologies prĂ©sentent en thĂ©orie un potentiel immense de rĂ©duction du carbone atmosphĂ©rique, elles sont en rĂ©alitĂ© instrumentalisĂ©es dans le cadre des nĂ©gociations climatiques pour minimiser la nĂ©cessitĂ© d’engager par ailleurs de profonds changements sociĂ©taux permettant une baisse des Ă©missions de CO2 mondiales. PlutĂŽt qu’un bien commun de l’humanitĂ©, le stockage est donc un leurre dangereux, fournissant une excuse pour ne pas attĂ©nuer nos Ă©missions.

En gagnant une place prĂ©pondĂ©rante dans les modĂ©lisations du climat et dans les nĂ©gociations internationales, ces technologies de capture du CO2, encore trĂšs hypothĂ©tiques, ont eu l’effet indirect mais bien rĂ©el, lui, de rĂ©duire les dĂ©bats portant plutĂŽt sur les moyens bien connus de rĂ©duire rapidement et drastiquement les Ă©missions de CO2 : transition vers 100% d’Ă©nergies renouvelables, changement des pratiques agricoles, efficacitĂ© Ă©nergĂ©tique, sobriĂ©tĂ© volontaire, etc. Ce constat n’est pas seulement fondĂ© sur le retour d’expĂ©rience de quelques climatologues ayant assistĂ© aux nĂ©gociations internationales : il s’appuie aussi sur des travaux de recherche en sciences humaines, qui suggĂšrent qu’informer les individus au sujet des technologies de stockage amoindrit leur perception des risques associĂ©s au changement climatique, ainsi que leur soutien Ă  des politiques de rĂ©duction des Ă©missions de gaz Ă  effet de serre.

La chimĂšre de la capture du CO2 participe en outre Ă  ce paradoxe de vouloir rĂ©guler la question climatique par le bout de tuyau (le CO2, donc) sans jamais questionner l’amont (l’extraction des combustibles fossiles). C’est ce type de logique, imposĂ©e sous la pression des intĂ©rĂȘts pĂ©troliers, qui permet d’aboutir Ă  un accord international sur la limitation du rĂ©chauffement climatique, l’Accord de Paris, qui rĂ©ussit l’exploit de ne pas contenir une seule occurrence des termes “pĂ©trole”, “charbon” ou “fossiles”.

En somme, le discours globalement enthousiaste de la newsletter BeyondLab sur le stockage du CO2 doit ĂȘtre tempĂ©rĂ©. Ces technologies, qui n’existent pas aujourd’hui Ă  l’Ă©chelle industrielle, suscitent des interrogations sur leur viabilitĂ© technique et Ă©conomique, ainsi que des inquiĂ©tudes concernant leurs effets dĂ©lĂ©tĂšres sur les politiques d’attĂ©nuation. Souvent prĂ©sentĂ© comme indispensable pour compenser des Ă©missions dites « incompressibles », le stockage tend Ă  devenir une parade Ă  toute vellĂ©itĂ© de transformation de nos industries et de nos modĂšles Ă©conomiques.

Aurore Grandin, Edgar Blaustein et KĂ©vin Jean, membres de l’association Sciences Citoyennes

Vous voulez réagir ? Cliquez

 

 

This email was sent to *|EMAIL|*

why did I get this?    unsubscribe from this list    update subscription preferences

*|LIST:ADDRESSLINE|*