retour au blog
Blog

Pourquoi personne n’aime l’ANR ?

*|MC:SUBJECT|*
26 février 2020 /// C'est son avis, le voici
« Les inégalités proviennent d'abord de la baisse des crédits »

Clémentine Gozlan est chercheuse au centre de sociologie des organisations de Science po. Elle analyse pour OutsideLab les raisons de la colère de la profession contre le financement sur appels à projet et son bras armé, l'Agence nationale de la recherche.
La mise en concurrence des allocations de recherche a-t-elle toujours existé ?
La concurrence n’est pas une nouveauté dans le système de recherche. Selon les premiers sociologues des sciences, c’est même l’un des piliers de son fonctionnement. Cependant, les conditions de mise en compétition ont beaucoup changé entre les années 1950 et aujourd’hui.

De quelle manière ?
La systématisation d’un discours politique sur la nécessaire concentration des ressources et le « darwinisme » en science – selon lequel seul.e.s les meilleur.e.s survivront dans la course aux crédits scientifiques –,  dont on trouve des traces en France dès les années 1990 voire un peu avant, accentue vraisemblablement l’effet Mathieu déjà observé de longue date : ceux et celles qui sont déjà consacrés obtiennent encore davantage de ressources. Pour autant, la création de l’ANR en tant que telle n’est pas la seule raison de l’accentuation des inégalités. Il faut d’abord y voir une conséquence de la baisse des crédits récurrents des laboratoires. L’accroissement des inégalités résulte aussi de l'alignement progressif de l'ensemble des appels à projets sur des critères identiques. Une même définition de la qualité scientifique profite alors aux mêmes chercheurs et aux mêmes établissements, disqualifiant certaines thématiques de recherche ou disciplines.

Quel impact des taux de réussite particulièrement bas aux appels d'offres de l'ANR ? (environ 15%)
Ils sont en cause dans l’accroissement des inégalités entre équipe. L’accentuation des inégalités n’est pas nécessairement le produit d’une volonté consciente de la part des évaluateurs de projets. Elle résulte du fait que les équipes qui savent déjà répondre aux exigences des appels à projets, tout en bénéficiant déjà d’une solide réputation scientifique, sont les équipes les moins « risquées » à financer. Les équipes les plus en vue sont ainsi les plus à même de susciter l’approbation des jurys, dans un contexte de sélectivité accrue. Cela peut avoir pour effet de ne reconnaître que des travaux déjà reconnus finalement, au détriment de projets de recherche aux débouchés plus incertains, mais qui peuvent apporter des innovations majeures. Enfin, il faut souligner que certains laboratoires ont décidé de mettre place une forme d’impôt sur les crédits des projets obtenus, afin de les redistribuer partiellement et ainsi de tempérer les inégalités entre équipes : dans les centres de recherche qui ont fait ce choix, 5 à 10% des budgets obtenus sur contrats sont versés dans un pot commun qui alimente le fonctionnement collectif du laboratoire.


« Celles et ceux qui sont déjà consacrés obtiennent encore davantage de ressources »
//////////////////////////////////////////

Pourquoi le système d'appels d'offre cristallise-t-il aujourd'hui autant d'opposition ? 
Dans un article co-écrit avec Jérôme Aust (2018) [voir aussi cet article dans The Conversation, NDLR] nous nous sommes interrogés sur l’émergence relativement tardive des critiques du financement sur projet, alors que celui-ci est introduit dès la fin des années 1950 en France. Nous avons mis en lumière plusieurs processus. Tout d’abord, si le financement sur projet est bien une invention ancienne, il ne concerne que des pans très restreint finalement du champ de la connaissance scientifique : toutes les disciplines n’ont pas vocation à être soumises à un même régime de soumission à des appels d’offre, c’est même une minorité d’entre elles, les discipline émergentes, qui en bénéficient ponctuellement.

Pourtant la compétition concerne tous les chercheurs...
Il ne faut pas confondre financement sur projet et compétition : dans les années 1970, la mise en compétition est très discrète, du fait de la faible publicité de ces appels. Ainsi, l’attribution de certains financements sur projets, en plus de n’être pas généralisée à tous les domaines, ne bouleverse pas l’économie d’ensemble du système. Les utilisateurs et les promoteurs des appels à projet limitent également les inégalités que ces dispositifs induisent, en en faisant des instruments de financement de la recherche à la fois ponctuels et complémentaires, qui n’ont pas vocation à remplacer les modes de financement récurrent de la recherche. Ces conditions d’utilisation du financement sur projet participent de l’acceptabilité politique de cet instrument. Cette acceptabilité s’érode dans les années 2000, à mesure que la part du financement sur projet concurrence celle du financement dit récurrent ou de base aux laboratoires, et qu’il devient un instrument au service de "l’excellence", c’est-à-dire en l’occurrence, qu’il devient un outil au service de rares heureux élus, au détriment de l’ensemble de la communauté scientifique.


« Le financement sur projet (...) devient un instrument au service de "l’excellence", (...) au service de rares heureux élus. »
///////////////////////////////////////////////////////////////


Que s'est-il passé alors chez les chercheurs ?
De nombreux fronts critiques émergent alors : ils soulignent d’une part les inégalités majeures induites par le fait que les taux de succès de l’ANR baissent très rapidement.  Ils ciblent les effets pervers de la généralisation des appels sur projets- certains domaines de recherche se prêtant moins que d’autres au format des appels, sur un temps relativement court et avec un objectif finalisé. Le caractère très chronophage de la rédaction de projets conséquents, qui ont de très faibles chances d’être financés, la rigidification des critères "d’excellence", qui formatent en partie la recherche et la pilotent, sont aussi des motifs de contestation parmi les chercheurs. Dans certains domaines qui requièrent en particulier d’importants crédits de fonctionnement, comme la biologie, l’échec à obtenir des financements sur projets a des conséquences dramatiques sur la survie des équipes de recherche. Il convient enfin de souligner les effets très ambigus de ce système sur la précarité : les ANR sont devenus des moyens de financer des thèses et des post-doctorats, maintenant ainsi dans le système de jeunes chercheuses et chercheurs qui, faute de contrats, en auraient été exclus plus tôt. Mais dans le même temps, ils contribuent à rallonger considérablement la période d’incertitude et d’enchainement de CDD pour les (moins en moins) jeunes, dans l’espoir d’obtenir, à des âges de plus en plus tardifs, un premier poste de titulaire.
À la saint-Gervais,
je m'informe comme jamais.


Certes, ce n'est pas la Saint-Gervais mais c'est tout de même le bon moment pour ne plus rien rater de l'actu de la recherche. 


 
La science mondiale fonctionne-t-elle plus ou moins massivement par des systèmes d'appels d'offre ?
Les appels à projets sont utilisés dans de nombreux pays, mais il ne faut pas y voir un standard international uniforme. Là encore, leurs conditions d'utilisation varient beaucoup d'un pays à l'autre. En Suisse, par exemple, les politiques scientifiques sont largement financées par le Fonds national suisse qui intervient massivement par appels à projets. Mais les taux de succès approchent souvent la barre des 50 %. Ce qui change tout, bien sûr. En 2019, en Allemagne, les taux de succès à la DFG sont de 35%, tandis qu’aux États-Unis, la National Science Foundation finance en moyenne de 27% des projets soumis.


« L’échec à obtenir des financements sur projets a des conséquences dramatiques sur la survie des équipes de recherche. »
///////////////////////////////////////////////////////


Quelle place occupe le financement par projet par rapport aux fonds publics ?
Cette place peut considérablement varier selon la discipline : alors que la NSF soutient à près de 70% le développement des sciences informatiques aux États Unis, pour l’ensemble des disciplines confondues ce taux est de 25%. Ainsi, pour comprendre les critiques qui peuvent peser sur l’ANR, il faut considérer, d’une part, la possibilité pour les chercheurs d’obtenir des financements par d’autres moyens que par une institution de financement sur projet unique. D’autre part, les taux de succès chez nos voisins européens ou internationaux restent bien au dessus de ceux de l’ANR. Des taux de succès au moins deux fois plus élevés, de plus de 30%, minimiseraient peut-être le découragement et la perte de temps lié à la rédaction très chronophage des projets.


« Les taux de succès approchent souvent la barre des 50 % en Suisse. Ce qui change tout, bien sûr. »
////////////////////////////////////////////


Y a-t-il des effets mesurables sur la qualité ou la quantité de savoirs produits ?
Nous disposons encore de peu d’études sur cette question. Des travaux en Allemagne ont montré que le financement de la recherche a bien un effet en terme de réorientations thématiques des chercheurs. Les appels d’offre peuvent ensuite conduire à abandonner certains domaines de recherche, dans lesquels il n’y a pas beaucoup de financements à obtenir ; d’autres montrent que les système d’évaluation scientifique renforcent, en économie, l’hégémonie du courant dominant et restreint le pluralisme de la discipline. La variété des effets des appels d’offre et des usages qu’en font les scientifiques invite à apprécier au cas par cas l’influence de ces dispositifs de gouvernement sur les conduites des chercheurs.

 
Relisez notre interview d'Antoine Petit 






This email was sent to *|EMAIL|*
why did I get this?    unsubscribe from this list    update subscription preferences
*|LIST:ADDRESSLINE|*