retour au blog
InsideLab

Vacances, oubliez-vous tout ?

 



 



vendredi 17 juillet 2020 /// L’actu des labos

Encore une
Matilda

C’est aujourd’hui le 201ème anniversaire de la naissance de Eunice Foote, scientifique américaine. Première à avoir observé l’effet de serre, elle n’a pas pu présenter ses travaux en conférence car elle était une femme.

La BBC lui rend hommage ainsi qu’aux autres grands scientifiques qui ont marqué la climatologie. C’est l’occasion de vous re-conseiller l’écoute de nos podcasts Rendez-vous avec Matilda pendant votre séance de bronzage !

Bonne lecture,
Lucile de TMN


A partir d’ici 5′ de lecture reposante.

Vacances, j’oublie tout
(ou presque)

Que ceux qui n’ont jamais culpabilisé de partir en congé lèvent la main ! 

Cette année, ça sera la Bretagne.

Un pincement avant le départ en vacances ? Certains se sentent coupable, comme en témoignait Mari Eslami, postdoctorante en sciences des matériaux sur Twitter. Les réponses à son tweet sont très variées : certains se rassurent en vantant les bienfaits des vacances sur la productivité, d’autres ne connaissent pas ce problème…

« Est-ce que (…) vous vous sentez coupable de prendre des vacances ? Moi, oui, tout le temps ! »
Mari Eslami, postdoctorante en sciences des matériaux

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Tout un symbole. Même si cette culpabilité n’est pas réservée aux chercheurs, elle est quand même caractéristique du monde de la recherche qui « valorise la figure symbolique du chercheur entièrement investi dans son travail, supposant un rapport quasi exclusif de l’individu au métier », selon María del Río Carral, chercheuse en psychologie, et Bernard Fusulier, sociologue.

Un mélange des genres. Cette confusion entre vie perso et pro que rapportent les auteurs ne vous est certainement pas étrangère. « 65% ne parviennent pas à complètement déconnecter », toujours d’après la même enquête parue dans la revue Temporalités, menée sur des chargés de recherche “junior”. Ceux-ci n’avaient pris que 19 jours de congé pendant leur première année d’exercice.

« 65% ne parviennent pas à complètement déconnecter de leur travail quand ils sont en congé »
María del Río Carral, chercheuse en psychologie, et Bernard Fusulier, sociologue

/////////////////////////////////////////////////////////////

Joindre l’utile à l’agréable. Profiter d’un déplacement pour une conférence ou une collaboration et prendre des vacances après, est aussi souvent accepté. « Je suis allé en Grèce, je me suis dit que j’allais travailler deux semaines et prendre une semaine (…) de vacances après. C’est bizarre, mais je ne suis pas le seul, nous sommes nombreux », témoignait un jeune chercheur dans la même enquête. Cette année, pas de vacances-conférence, les conférences sont virtuelles… La preuve en images juste ci-dessous.

 

Des sessions posters dignes d’un jeu vidéo ! La 29e édition de l’International Conference on Neutrino Physics a réuni fin juin 3400 personnes de 67 pays différents… tous derrière leurs écrans ! Pas de contraintes financières, tout le monde peut participer et rencontrer de potentiels collaborateurs. Pour la session poster, les organisateurs ont mis en place grâce à Mozilla Hubs, un outil en open source, trente salles virtuelles avec des ambiances différentes et un son directionnel ! Les participants pouvaient choisir leur avatar et même le déguiser. Les conférences virtuelles, un nouveau potentiel de socialisation ?

Vous voulez vous lancer dans l’organisation d’une conférence virtuelle ? Voici quelques conseils.

Un chiffre qui en dit long

28%

C’est la part de femmes parmi les intervenants à la télévision sur le Covid-19 (hors journalistes). Seules 55% avaient un statut d’autorité, alors chez les hommes la proportion était de 77%, rapportent des chercheurs de l’Ina.

3 questions à… Daniel Suchet
« Le projet est né autour d’un verre aux Utopiales »

Aux côtés de Roland Lehoucq, le physicien Daniel Suchet a co-dirigé Nos Futurs. Ce recueil de textes autour du changement climatique a réuni des experts et des auteurs qui ne vous sont certainement pas inconnus.

Comment est né le projet Nos Futurs ? 
Autour d’un verre aux Utopiales ! Nous parlions du problème de la diffusion des connaissances scientifiques autour de la question climatique. Nous étions convaincus que nous avions besoin à la fois de la fiction et de la science. Comment s’imaginer les situations à venir ? C’est la science-fiction qui sait faire ça. Mais on ne peut pas s’appuyer uniquement sur ses propres idées reçues, sinon on risque de dire des choses tout à fait fausses. Les scientifiques sont donc indispensables.Qui a écrit ? Les scientifiques ou les auteurs ? 
Les deux ! Nous avons formé des binômes autour de dix thèmes. Chaque binôme était constitué d’un expert scientifique sur le sujet et d’un auteur. Ensemble ils devaient co-construire deux textes : un texte scientifique et un texte de fiction. Ils avaient carte blanche pour la méthode (écriture à quatre mains, uniquement relecture du texte de l’autre…)Comment avez-vous choisi les thèmes ? 
Nous voulions mettre en avant le fait que le changement climatique n’est pas seulement une hausse de la température mais a des répercussions dans le domaine de l’énergie, la production, etc… Le tableau des objectifs de développement durable et des leviers d’action climatique proposé par le Giec nous a servi de base. Puis nous avons réalisé un sondage qui a recueilli presque 800 votes pour retenir les dix thèmes par lesquels les futurs lecteurs de Nos Futurs sont le plus préoccupés. 

Des infos en passant //////// Les badges Atmetric.com deviennent payant ? Zenodo les retire ! Ce qui résonne bien avec notre dossier de la semaine passée //////// Plus de diversité dans le groupe d’experts au parlement britannique ? C’est la préconisation faite par deux membres du Knowledge Exchange Unit //////// Comment détecter les mauvaises conduites ? Une étude publiée dans le Journal of Empirical Research on Human Research Ethics compare les politiques chinoises et européennes ////////

On vous a transféré ce mail ? On est flatté. On le serait encore plus si vous acceptiez de nous tester : cliquez ici ou répondez “oui” à ce mail.

//////// Le CNRS « en ordre de marche pour le développement durable ». Celui-ci compte s’appuyer sur les initiatives du collectif Labos1point5 //////// Comment les chercheurs ré-utilisent leurs données ? Une analyse parue dans Nature //////// Cinq initiatives de science ouverte soutenues par le consortium Couperin //////// 

Votre revue
de presse express

Et pour finir…

Travailler sur la terrasse, c’est bien agréable, mais comment distinguer quelque chose sur son écran d’ordinateur alors qu’on est en plein soleil ? La journaliste Martine Powers a trouvé la solution !