OutsideLab

đŸ”· Un tour chez les docteurs

 

 



19 mai 2021 | La recherche et sa politique

Je suis timide
mais je me soigne

Ce pourrait ĂȘtre la devise des docteurs en France, pourtant titulaires du plus haut diplĂŽme reconnu internationalement. Avec la disparition de l’ENA, ces derniers vont-ils se rapprocher des sphĂšres du pouvoir ?

Notre pays glorifie les ingĂ©nieurs et les mĂ©decins, Ă  tel point qu’ĂȘtre docteur est synonyme de mĂ©decin pour beaucoup de nos concitoyens. Pourtant qu’on se le dise : la loi est de votre cĂŽtĂ©.

On a voulu revenir, analyses Ă  la main, sur ce qu’ĂȘtre docteur signifie en France en 2021. Vous le verrez : certains clichĂ©s ont la peau dure.

Keep calm & science hard,
Laurent de TheMetaNews 

 PS  Quelle erreur dans notre dernier numĂ©ro ! Ce n’Ă©tait pas des limaces de mer mais des nudibranches que nous vous offrions en « Et pour finir ». Trois lecteurs nous ont tapĂ©s sur les doigts #peerreviewed !

Si vous n’avez que 30 secondes
  • Les docteurs au chevet des grands corps
  • Des infos en passant
  • Le nombre de nouveaux docteurs diminue
  • Les rĂ©sistances viennent aussi de l’intĂ©rieur, selon Patrick Fridenson
  • Ils refont leur carte de viste
  • Votre revue de presse express
  • Et pour finir en balade avec notre bon Charles


A partir d’ici 5 minutes de lecture Ă©narque

Les docteurs au chevet des grands corps 

La suppression de l’ENA signe-t-il le grand soir de l’accession des docteurs Ă  la haute fonction publique ? C’est moins Ă©vident qu’il n’y paraĂźt.

â–Č Non, pas ce grand corps malade â–Č

On ferme. AnnoncĂ©e par Emmanuel Macron il y a dĂ©jĂ  plus d’un mois, mais en gestation depuis presque cinquante ans, la suppression de l’ENA et sa transformation en un Institut de service public, « tronc commun » à treize Ă©coles est une promesse remontant Ă  avril 2019, en pleine crise des Gilets jaunes. Le prĂ©sident a tenu d’ailleurs presque exactement les mĂȘmes propos Ă  deux ans d’intervalle :

« L’Institut sera plus ouvert au monde acadĂ©mique et de la recherche, en France comme Ă  l’international. »

Promotions docteurs. AprĂšs l’ouverture des concours de l’ENA aux docteurs en 2013 et la crĂ©ation d’un concours spĂ©cial docteurs en 2019, c’est un nouveau pas pour les promoteurs du doctorat, surtout en sciences sociales. La ConfĂ©rence des prĂ©sidents d’universitĂ© prĂ©vient nĂ©anmoins :

« La rĂ©forme du recrutement et de la formation des hauts fonctionnaires ne peut se rĂ©sumer (…) Ă  un ravalement de façade. »

Tout changer pour ne rien changer. Cette inquiĂ©tude est partagĂ©e par d’autres, qui pointent des rĂ©sistances internes et le risque paradoxal que le nouveau cursus ISP ne dĂ©savantage mĂȘme les docteurs, en les obligeant Ă  allonger encore des Ă©tudes dĂ©jĂ  trĂšs longues. Yann-MaĂ«l Lahrer, fondateur d’Okaydoc, renchĂ©rit :

« J’ai peur que ce soit une opĂ©ration de rhabillage, on change le nom mais pas la philosophie de la fonction publique en apportant une petite dose de diversitĂ© sociale mais pas intellectuelle. »

Role model. Certains incarnent dĂ©jĂ  nĂ©anmoins cette volontĂ© de “doctoriser” la haute fonction publique, mĂȘme si ils sont encore une minoritĂ©, comme Anastasia Iline, haute fonctionnaire qui a intĂ©grĂ© l’ENA Ă  l’Ă©poque oĂč le concours spĂ©cial docteur n’existait pas encore :

« Dans certains pays ne pas avoir de doctorat est impensable, le paysage français est trĂšs spĂ©cifique mais l’Europe et l’international joue pour nous. Il y a quand mĂȘme des freins : la valeur intrinsĂšque d’un doctorat varie selon les disciplines. »

 Un tour dans les archives.  Tenter le coup des concours de l’ENA ne coĂ»te rien, la preuve avec cette interview du physicien Quentin Glorieux, reçu dans les hautes sphĂšres…  avant de finalement dĂ©cliner la proposition.

Une réaction ? On vous écoute.

L’autre pays du doctorat

Être docteur outre-Rhin, ça pose sa femme (ou son homme) : le titre de docteur est notamment mentionnĂ© sur la carte bleue et la carte d’identitĂ©. L’Allemagne, oĂč l’universitĂ© forme l’Ă©lite des administrations contrairement Ă  la France (NapolĂ©on y est pour beaucoup), n’est pourtant pas un paradis pour les chercheurs, rappelle RogueESR dans cette analyse fouillĂ©e. Le mandarinat et la prĂ©caritĂ© y prospĂšrent en effet. Et si la comparaison France-Japon vous intĂ©resse, consultez cette Ă©tude, qui remonte certes un peu, mais montre que faire briller le doctorat, c’est aussi (et surtout) une question de volontĂ© politique.

 Des infos en peu de mots  Si vous voulez creuser un peu plus profondĂ©ment dans le fossĂ© culturel qui sĂ©pare la France du reste du monde concernant le statut des docteurs, nous vous recommandons la lecture de ce rĂ©cent article du cabinet Gestion des risques interculturels ////////// Les relations sciences-sociĂ©tĂ©, ça vous parle ? Si ce n’est pas le cas, la lecture de ce rapport sur les actions dans les universitĂ©s, viendra combler ce manque ////////// On est dans l’antichambre de la PrĂ©sidentielle 2022 ; la CPU fait Ă  sa maniĂšre campagne pour les RĂ©gionales avec des propositions aux candidats. Parmi celles concernant la recherche : dĂ©velopper les Cifre en rĂ©gions, crĂ©er une instance rĂ©gionale de concertation ou soutenir une politique d’accueil de chercheurs Ă  fort potentiel //////////

Un chiffre plutĂŽt qu’un long discours

 16 039 

Attractif le doctorat ? Le nombre d’Ă©tudiants inscrits en premiĂšre annĂ©e de thĂšse ne cesse de chuter, rappelle ce rapport de juillet 2020. Il Ă©tait de 16 039 en 2019, en baisse de prĂšs de 3700 sur la dĂ©cade Ă©coulĂ©e. Une baisse particuliĂšrement marquĂ©e en sciences de la sociĂ©tĂ© et en sciences humaines et humanitĂ©s, disciplines prĂ©carisĂ©es et peu insĂ©rĂ©es dans privĂ©.

Des chiffres sur le doctorat, la France en produit quantitĂ©, comme en tĂ©moigne le dernier Etat de la recherche particuliĂšrement complet sur les effectifs ou la poursuite de carriĂšre post-thĂšse. Si l’on sait donc rĂ©pondre Ă  la question du combien, reste le oĂč et le comment. Le ministĂšre de la Recherche a lancĂ© un groupe de travail sur ce thĂšme dans la foulĂ©e de la Loi de programmation de la recherche. Les docteurs, des alumnis comme les autres ?

Cinq questions Ă …. Patrick Fridenson

« La résistance vient aussi de notre milieu »

Ce spécialiste de la question du doctorat fait le bilan de ces derniÚres années.



Parlons d’actualitĂ© d’abord : la rĂ©forme de l’ENA aura-t-elle un effet positif pour les docteurs ?
Il serait bien Ă©videmment tout Ă  fait souhaitable que les quelques places rĂ©servĂ©es pour des docteurs Ă  l’ENA soient maintenues dans le cadre du futur Institut du Service Public [si vous avez ratĂ© le dĂ©but, NDLR]. Mais il existe diffĂ©rentes Ă©coles de la fonction publique dont les dirigeants sont encore Ă  convaincre. Le projet de rĂ©forme, qui sera prĂ©cisĂ© d’ici le 6 juin, prĂ©voit une convergence entre l’ENA et son Ă©quivalent territorial, l’Institut national des Ă©tudes territoriales, ce qui constituerait une opportunitĂ© pour envisager le recrutement de docteurs. Enfin, l’articulation entre la vision trĂšs opĂ©rationnelle des stages et le tronc commun envisagĂ© entre les treize écoles de l’Institut reste Ă  prĂ©ciser. On peut souhaiter que sur les deux volets soit tentĂ© un rapprochement avec le monde universitaire.La reconnaissance professionnelle du doctorat reste-t-elle un gros mot dans l’ESR ?
La rĂ©sistance ne vient pas seulement des autres milieux ; elle existe aussi dans le nĂŽtre. Une partie des enseignants-chercheurs et des chercheurs vise toujours la reproduction interne – former des docteurs uniquement pour l’enseignement supĂ©rieur et la recherche – et ne va pas au-delĂ  d’un discours de lamentation lorsqu’elle n’est pas assurĂ©e par l’Etat, d’oĂč la floraison de CDD et de vacataires. Les docteurs ont besoin de voies de recrutement durables : si l’Etat doit en prendre sa part, nos milieux doivent aussi prĂ©parer les autres. C’est un dĂ©bat qui dure depuis longtemps mais les choses bougent.Quel est le contenu des discussions Ă  mener Ă  l’extĂ©rieur de l’ESR ?
Sont-ils prĂȘts Ă  embaucher des docteurs ? Dans quelles conditions de salaire ? Attendent-ils une contrepartie de l’Etat ? Voici la nature des discussions qu’il serait souhaitable qu’un “chef de file” au sein du MESRI mĂšne avec les interlocuteurs extĂ©rieurs, principalement les entreprises et fonction publique territoriale. L’objectif serait Ă©galement de les convaincre de l’utilitĂ© des docteurs : contrairement Ă  certaines idĂ©es reçues, ils sont tout Ă  fait opĂ©rationnels et ne restent pas cachĂ©s derriĂšre leurs ordinateurs ! En recruter est aussi un moyen d’accroĂźtre la place des femmes dans l’encadrement.

Quelles actions sont envisageables pour les doctorants étrangers ?
Comme le rĂ©cent rapport de l’IGESR le prĂ©conise [par ici pour le lire, NDLR], il serait souhaitable d’établir un vrai statut pour attirer les Ă©tudiants Ă©trangers vers les universitĂ©s françaises et les sĂ©curiser. Pour cela, l’idĂ©e de « chercheurs en mobilitĂ© internationale » est bonne. De plus, j’estime qu’une partie des docteurs Ă©trangers formĂ©s en France devraient pouvoir rester et ĂȘtre recrutĂ©s dans certains domaines spĂ©cifiques. Enfin, pour l’immense majoritĂ© qui repartent dans leur pays d’origine, des discussions avec les pays en question – principalement du Sud – permettraient d’assumer nos responsabilitĂ©s en appuyant les docteurs dans leur dĂ©part et leur arrivĂ©e.

Propos recueillis par Lucile Veissier

RĂ©agissez (on le publiera)

  Un Journal officiel et non officieux  De nombreux dĂ©crets concernant des professions de santĂ© (orthoptistes, audioprothĂ©siste, orthophoniste…) ainsi que des vacances d’emploi Ă  l’hĂŽpital sont parues le 16 mai //////// C’est le dĂ©cret Kafka de la semaine : trois parcelles de terre, pour un total de 3595 m2 ont Ă©tĂ© dĂ©classĂ©es et remises au service local en Charente //////// Il y a des chaires vacantes au CollĂšge de France, quatre pour ĂȘtre plus prĂ©cis //////// DiffĂ©rents concours sont ouverts au sein de l’universitĂ© Gustave Eiffel pour l’IFFSTAR : des techniciens de recherche, des assistants ingĂ©nieurs, des ingĂ©nieurs d’Ă©tude, des ingĂ©nieurs de recherche //////// Public / privĂ© : le rĂ©gime du mandataire unique Ă©volue quelque peu //////// La Commission d’enrichissement de la langue française s’est penchĂ©e sur la chimie et les matĂ©riaux ////////

On vous a transfĂ©rĂ© ce mail ? On est flattĂ©. Maintenant testez-nous jusqu’Ă  fin juin grĂące au Consortium Couperin : cliquez ici.

 Ils refont leur carte de visite  On connait la composition exacte du collĂšge de dĂ©ontologie au sein du Mesri. Parmi les membres : Thierry Coulhon ou Christine Clerici //////// Un prĂ©sident doit ĂȘtre nommĂ© Ă  l’Ecole normale supĂ©rieure de Rennes : le comitĂ© chargĂ© d’Ă©mettre un avis sur les candidatures est maintenant rĂ©uni //////// Certains postes sur concours sont rĂ©servĂ©s Ă  ceux qui ont eu des fonctions dirigeantes au sein d’Ă©tablissements Ă  condition que leur candidature soit visĂ©e par un jury, dont voici la composition //////// On annonce diverses vacances de poste Ă  la direction de l’Insa Rouen, de l’Esirem de Bourgogne ou de l’UniversitĂ© de technologie de Belfort-MontbĂ©liard ////////

Votre revue de presse express

Et pour finir

—
Ce bĂąton de marche qu’on verrait bien entre les mains du Baron samedi a en fait appartenu Ă  Charles Darwin, dont le look n’a pourtant pas traversĂ© les siĂšcles, contrairement Ă  ses thĂ©ories.