InsideLab

🍀 Sortez les parapluies (par précaution)


 



 16 avril 2021 | L’actu vue des labos 

Reprendre
son souffle

Avalanche. Aurait-on dĂ» confiner plus tĂ´t ou plus tard ? Doit-on stopper les injections avec le vaccin d’AstraZeneca ? Les Français sont-ils trop frileux face au risque ?

En boucle. N’avez-vous pas l’impression que les médias nous ressassent toujours les mêmes questions, en boucle ? Avec, à la fin, une perte totale du sens de ces interrogations et des mots qui les portent ?

Stop, on arrête tout. Ce matin, on se pose tranquillement cinq minutes. Et on reprend depuis le début avec un concept utilisé à tort et à travers : le principe de précaution.

Bonne lecture,
Lucile de TMN

 PS  La semaine prochaine, pas d’InsideLab – ce sera un repos bien mĂ©ritĂ© pour moi. On se retrouve dans deux semaines !

Si vous n’avez que 30 secondes


Quatre minutes de lecture à tâtons


On n’est jamais trop prĂ©cautionneux 

Le principe de précaution fête bientôt ses 30 ans et son application est toujours autant discuté.

Qui a ouvert les parapluies ?

Visons juste. En novembre dernier, on apprenait l’impressionnant abattage de plus de 15 millions de visons au Danemark. La cause ? Le risque hypothĂ©tique qu’une mutation du Covid passe du vison Ă  l’homme, mĂŞme si les modes de transmission n’étaient pas bien compris. C’était une application du principe de prĂ©caution.

D’abord ne pas nuire. Un tout rĂ©cent avis du comitĂ© d’éthique du CNRS (Comets) le rappelle : le principe de prĂ©caution s’applique dans le cas de « risques contrefactuels » [une dĂ©finition, NDLR], non observĂ©s mais prĂ©visibles. A ne pas confondre avec la prĂ©vention, dont les dĂ©cisions s’appuient sur des risques avĂ©rĂ©s. Un exemple : l’amiante.

Pensée verte. Partant des problématiques environnementales (pluies acides ou trou dans la couche d’ozone), le principe de précaution a émergé pour ne pas retarder des mesures visant à éviter des dommages irréversibles. Formalisé pour la première fois à Rio en 1992, il sera inscrit dans la Constitution française en 2005.

Tout est politique. Depuis, le principe de prĂ©caution s’est Ă©tendu Ă  la santĂ© (sang contaminĂ©, vache folle…) et mĂŞme aux technologies numĂ©riques. Si des scientifiques interviennent en tant qu’experts pour Ă©clairer ce genre de dĂ©cisions (â–Ľ voir notre interview â–Ľ), cet outil reste entre les mains des politiques, qui peuvent en faire bon ou mauvais usage, alerte le Comets.

On crie peu au loup. L’agence europĂ©enne de l’environnement (EEA) souligne que le principe de prĂ©caution n’a Ă©tĂ© que très rarement appliquĂ© Ă  mauvais escient – seulement quatre « faux positifs » sur 88 cas analysĂ©s. L’un d’eux ? La vaccination de 40 millions d’AmĂ©ricains en 1976 par peur du retour de la grippe espagnole, qui s’est soldĂ©e par une centaine de malades et six morts.

Sous utilisĂ©. A contrario, l’agence dĂ©nombre quantitĂ© de cas oĂą le principe de prĂ©caution n’a pas Ă©tĂ© appliquĂ© alors qu’il aurait dĂ» l’ĂŞtre, notamment sur la question du plomb dans le pĂ©trole ou bien celle plus rĂ©cente des nĂ©onicotinoĂŻdes. Dans cette affaire, le rapport note d’ailleurs la dĂ©licate position des scientifiques, dont certains ont Ă©tĂ© intimidĂ©s par les industriels.

 En deux mots. « Le principe de précaution se situe ainsi dans la tension entre le progrès de la connaissance, les développements technologiques et la conscience des risques qu’ils génèrent », résume le Comets. Et rien ne dit que cette tension diminuera dans les années à venir.

Vous voulez réagir ? On vous lira

Qui est contre ?
La crainte d’un excès de « prĂ©cautionnisme » vient surtout des industriels comme le think tank La Fabrique de l’industrie qui s’oppose au « dogme de l’inaction ». Pourtant affublĂ© dès son introduction dans la Constitution française de la mention de « coĂ»t Ă©conomiquement acceptable », le principe de prĂ©caution a Ă©galement Ă©tĂ© contrebalancĂ© dans la loi Macron par un « principe d’innovation ». Le principe de prĂ©caution est-il une entrave ? Si l’on Ă©carte les questions Ă©thiques [relire la tribune de Philippe Berta sur la loi bioĂ©thique, NDLR], l’idĂ©e serait plutĂ´t d’accumuler les Ă©tudes pour cerner les impacts d’une dĂ©couverte.

Quatre questions Ă … Michèle Leduc
« Toute innovation n’est pas souhaitable  »

Michèle Leduc est membre du comitĂ© d’Ă©thique du CNRS et co-autrice de son dernier avis sur le principe de prĂ©caution.



Elle est Ă©galement membre
de l’Union rationaliste

Pourquoi cet avis maintenant ?
L’idĂ©e remonte Ă  dĂ©but 2019, lorsque nous nous interrogions sur l’impact des nanotechnologies. La procĂ©dure europĂ©enne Reach (Registration Evaluation and Authorisation of Chemicals) gère l’application du principe de prĂ©caution aux produits chimiques potentiellement dangereux. Mais Ă©tait-elle Ă©galement compĂ©tente pour Ă©valuer la dangerositĂ© des nanoparticules prĂ©sentes dans des centaines de produits de consommation ? 

En pratique, quel rôle jouent les chercheurs dans le principe de précaution ?
Lorsque les chercheurs sont auditionnĂ©s en tant qu’experts, ils ont le devoir de dĂ©clarer leurs potentiels conflits et liens d’intĂ©rĂŞt [voir l’avis du Comets de 2019]. Pour ma part, si je suis consultĂ©e sur les lasers, je le serai en tant que physicienne, si je suis consultĂ©e sur l’éthique, je le serai en tant que membre du Comets, etc… S’affranchir de tous les liens d’intĂ©rĂŞt peut s’avĂ©rer dĂ©licat car on finit par Ă©liminer toutes les personnes compĂ©tentes. Il faut trouver un Ă©quilibre.

Qu’en est-il de la responsabilité morale des chercheurs ?
Au Comets, nous sommes imprégnés par la lecture de Hans Jonas, [philosophe de l’éthique et auteur du Principe de responsabilité en 1979, NDLR]. C’est pourquoi nous appelons les chercheurs à réfléchir à leur responsabilité individuelle. Pourquoi faire avancer des technologies néfastes ? Juste par curiosité ? Des questions se posent par exemple sur la géo-ingénierie susceptible de modifier le climat : toute innovation n’est pas forcément souhaitable. Les scientifiques se doivent d’être à l’écoute des citoyens et de ne pas se jeter là où il y a de l’argent.

Un outil pour faire le tri
La face cachée de vos dossiers



Votre sous-sous-sous-dossier est tout lĂ -haut !
 En pleine forĂŞt.  Ce qui prend du volume sur votre disque dur est peut-ĂŞtre cachĂ© dans un sous-sous-dossier… Mais lequel ? Archifiltre, conçu par une startup d’État, est un outil pour visualiser et amĂ©liorer les arborescences des fichiers vous aidera Ă  le retrouver. Mais il permet Ă©galement de visualiser les arborescences, de dĂ©placer ou de renommer des ensembles de fichiers.

Un chiffre socio

 25 fois plus 

On a 25 fois plus de chance de devenir chercheur quand on a des parents chercheurs. C’est la conclusion de cet article publiĂ© en preprint sur SocArXiv. L’étude rĂ©alisĂ©e sur plus de 7000 chercheurs de toutes disciplines, montre Ă©galement que les professeurs d’universitĂ©s sont issus de familles ayant un salaire 23% supĂ©rieur à l’AmĂ©ricain “lambda”. Les auteurs pointent ainsi le manque de diversitĂ© sociale dans la recherche acadĂ©mique.

 Des infos en passant   Après la prolongation de la mission de Jean Jouzel sur l’enseignement de la transition écologique, Labos1point5 publie un texte sur le même sujet //////// Les nominés pour le prix du livre scientifique Le goût des sciences viennent d’être annoncés, ainsi que la composition du jury //////// Un appel de la BNF pour obtenir le statut de chercheur associé est ouvert jusqu’au 26 avril. La bibliothèque recherche de jeunes chercheurs afin de valoriser ses collections //////// 

On vous a transfĂ©rĂ© ce mail ? On est flattĂ©. C’est le moment ou jamais de nous tester grâce au consortium Couperin : cliquez ici.

//////// Art et sciences sociales : le Centre de Recherche-Création sur les mondes sociaux est une nouvelle structure regroupant des chercheurs et artistes //////// Conditor, la base recensant les métadonnées de l’ensemble de la production scientifique française s’enrichit : lien vers la version en libre accès, catégorie scientifique, identifiants des auteurs… //////// 

Votre revue
de presse express

  • Rupture. Google a perdu la confiance de ses chercheurs en IA suite au licenciement de deux spĂ©cialistes de l’éthique. The Verge est parti Ă  leur rencontre : certains se battent, d’autres sont rĂ©signĂ©s.
  • RĂ©sistance. Mac Lesggy et l’agriculture ? Les poils des scientifiques se dressent. Un collectif de chercheurs signe une tribune dans Le Monde dĂ©nonçant l’instrumentalisation du doute scientifique.
  • Victime. Des chercheurs se rebellent contre leur maison d’édition. L’éditeur, coincĂ©, se dĂ©fend comme il peut, raconte The Chronicle. Un conflit entre gĂ©nĂ©rations et milieux sociaux diffĂ©rents.

Et pour finir…
—
Hot or not ? Ce graphique reprĂ©sente votre beautĂ© ou plus exactement celle de 700 docteurs en Ă©conomie notĂ©e par 200 de leurs pairs. L’Ă©tude d’oĂą ce graphe est tiré montre que charme et rĂ©ussite acadĂ©mique sont corrĂ©lĂ©s. Un futur IgNobel ?

 

 

 

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.